Les biocarburants de deuxième génération et troisième génération

De nos jours, l’environnement et sa préservation sont au cœur de nos préoccupations. Les émissions de gaz à effet de serre constituent une des questions les plus préoccupantes.

Le dioxyde de carbone est le gaz effet de serre dont la concentration est la plus impactée par l’activité humaine. Environ la moitié du dioxyde de carbone, émit à partir d’énergies fossiles, reste dans l’atmosphère. Quant à l’autre moitié, elle est absorbée par des terres naturelles ou des réservoirs océaniques.

L’un des secteurs dégageant une partie considérable du CO2 est celui des transports. En France, en 2016, Les moyens de locomotions étaient responsables de 25% des émissions nationales de CO2. On peut également voir sur le graphique si dessous, que la réparation en émissions de CO2 des transports est très inégale. En effet, ce sont les véhicules particuliers qui relâchent le plus de dioxyde de carbone. Il serait donc une intéressant de trouver une alternative aux énergies fossiles afin de réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Continuer la lecture de « Les biocarburants de deuxième génération et troisième génération »

Abandonner le bœuf peut réduire l’empreinte carbone plus que les voitures

Les voitures, les camions, les industries, le chauffage domestique sont les principales causes de la pollution de l’air. Mais il y en a aussi un moins commun : le hamburger. Petit mais très dangereux pour l’environnement. Pourtant, selon les scientifiques, si les Américains renonçaient à 1 des 3 hamburgers de viande, qui consomment en moyenne par semaine, ils pourraient éliminer les émissions correspondant à 12 millions de voitures en circulation pendant un an !

Aux États-Unis, 10 milliards de hamburgers de viande sont consommés, soit environ 3 par personne et par semaine. Si chaque Américain en mangeait deux au lieu de trois, il éliminerait les émissions de gaz à effet de serre correspondant à 12 millions de voitures en un an.

Continuer la lecture de « Abandonner le bœuf peut réduire l’empreinte carbone plus que les voitures »

En 12 ans, nous avons assisté à un effondrement complet du climat

Une étude du GIEC révèle que les effets climatiques dus aux émissions de CO2 et confirme l’augmentation de 1,5°C de la température globale. La limite que 197 États se sont engagés à respecter en signant les Accords de Paris a déjà été dépassée, avec des conséquences dévastatrices.

L’étude, intitulée Rapport spécial 15, confirme les conséquences causées par l’augmentation continue de la température mondiale et d’autres changements climatiques. La limite établie est de +1,5°C. Mais les phénomènes extrêmes de notre planète se produisent maintenant presque tous les jours. Des ouragans toujours plus dévastateurs, des tempêtes de grêle catastrophiques, des inondations.

Les changements climatiques provoquent la fonte des glaciers et, par conséquent, l’élévation du niveau de la mer. Dans certains cas, nous ne pouvons même pas prévoir les risques. La cause est toujours la même : les émissions irresponsables de gaz à effet de serre qui polluent l’air et augmentent l’acidification de la mer.
Une étude révèle : la réalité climatique est pire que ce que nous pensions !

Continuer la lecture de « En 12 ans, nous avons assisté à un effondrement complet du climat »

Le changement climatique pourrait augmenter les malformations cardiaques congénitales

Au cas où vous n’étiez pas assez inquiet, une nouvelle étude révèle que la chaleur excessive de la température peut affecter le développement du fœtus.

Comme les changements climatiques rendent la chaleur extrême plus probable, comme celles atteintes dans certaines parties de l’Australie en janvier, ou la chaleur record qui a tué des dizaines de personnes au Japon et au Canada l’été dernier. Elle peut aussi causer des dommages internes à notre corps. Une nouvelle étude a examiné comment les vagues de chaleur aux États-Unis dans un proche avenir pourraient être liées à des milliers de bébés nés avec un cœur anormal.

« Nous nous attendons à ce que les femmes enceintes, en raison des changements climatiques, soient exposées à des chaleurs plus extrêmes au cours des 10 ou 20 prochaines années « , déclare Shao Lin, professeur de santé publique à l’Université d’Albany, New York et l’un des auteurs du document, publié aujourd’hui dans le Journal of the American Heart Association. Dans une étude antérieure, Lin a établi un lien entre la chaleur extrême au début de la grossesse – lorsque le cœur du bébé se développe – et les anomalies congénitales. Dans le nouvel article, les chercheurs ont projeté les températures futures dans huit régions des États-Unis entre 2025 et 2035, puis ont calculé combien d’autres défauts pourraient survenir à mesure que la chaleur augmente.

Continuer la lecture de « Le changement climatique pourrait augmenter les malformations cardiaques congénitales »